Archives de l’auteur : vtt-rando

velo electrique en suisse

Le vélo électrique en Suisse

La Suisse, terre de cyclisme

La Suisse n’est pas très grand pays en terme de superficie et de population, mais l’on peut constater que ce pays a produit et continue de produire de nombreux champions cyclistes, que ce soit en vélo de route (Hugo Koblet, Fabian Cancellara, Alex Zülle…) ou en VTT (Nino Schurter, Jolanda Neff, Mathias Flückiger…).
Il faut dire que la culture du vélo est très forte en Suisse et que la bicyclette n’est pas utilisée dans une optique sportive et de compétition mais aussi de manière utilitaire, pour se déplacer quotidiennement pour faire les courses ou se rendre au travail.

Popularité du vélo électrique en Suisse

Le Vélo Électrique, dès son apparition et sa commercialisation pour le grand public, a été très vite populaire en Suisse. Il faut dire que si le vélo y est un sport très répandu, le relief du pays n’est pas tendre avec ceux d’entre nous qui n’auraient pas une condition physique proche de la perfection !
Les paysages montagneux de la Suisse sont extraordinaires mais pas toujours facile d’accès, puisqu’il faut pouvoir grimper des pentes raides pour pouvoir y accéder. Le vélo à assistance électrique permet, en quelque sorte, de lisser le relief lors d’une balade à vélo.
Effectivement, le moteur électrique, situé soit dans le moyeu d’une roue, ou bien au niveau du boitier de pédalier, voit son utilité décuplé lorsque la pente s’élève.
La puissance et le couple dégagés vont aider le cycliste qui devra faire beaucoup moins d’efforts pour lutter contre la gravité. Cela permettra de pouvoir effectuer des sorties longues (si la batterie du vélo électrique est assez puissante et autonome, il est facile de dépasser les 100km) et avec un dénivelé conséquent… ce qui n’est pas forcément accessible à tout le monde en vélo musculaire.

La réglementation des vélos électriques en Suisse

La réglementation Suisse en matière de vélo électrique classe les vélos en 2 catégorie :

  1. les VAE 25 “lents” dont l’assistance au pédalage ne doit pas etre active au-delà de la vitesse de 25km/h
  2. les VAE 45 “rapides” dont la vitesse maxi est de 45km/h pour l’assistance électrique au pédalage

Pour la deuxième catégorie de vélos rapides, le port du casque est obligatoire ainsi qu’un permis catégorie M dès l’âge de 14 ans, une immatriculation, un compteur de vitesse et un rétroviseur.
Pour les VAE 25, le permis M est nécessaire pour les 14-16 ans, mais pas au-delà.

 

Déjà gagnée par le virus cycliste depuis longtemps, le vélo électrique en Suisse n’aura fait que stimuler encore plus ses habitants à pédaler en toutes occasions !

rations de survie survivalisme autonomie

Pourquoi prendre des rations de survie en randonnée ?

Les randonnées se passent bien le plus souvent…

Lorsque l’on part en randonnée, on amène le plus souvent quelques outils, une chambre à air et des rustines pour pouvoir effectuer des réparations rapides d’urgence et réparer une ou plusieurs crevaisons. Si la sortie est un peu longue, en plus du bidon d’eau ou de boisson énergétique, on ajoutera une ou plusieurs barres de céréales. Si la sortie est relativement courte et sur des chemins connus, cela suffit largement la plupart du temps.

Cependant, si l’on prévoit d’explorer une zone inconnue et/ou si l’on souhaite partir sur une randonnée longue où l’on passera une ou de multiples nuits dehors, la préparation devra être beaucoup plus poussée.
Le besoin d’apporter une alimentation plus conséquente en termes de quantité et en qualité est alors indispensable, ainsi que de quoi la préparer, si nécessaire.

Déjà quand on prévoit que tout se passe bien lors de la randonnée, on en conclut souvent qu’il y a beaucoup de choses à transporter ! Du coup, on évite de penser à ce que l’on devrait apporter en plus et des compétences à avoir pour se débrouiller loin de tout si la randonnée venait à mal tourner à cause d’une erreur d’itinéraire ou d’une blessure…

Les pratiques du bushcraft et du survivalisme

Le fait de pouvoir se débrouiller dans la nature en toutes circonstances et, a fortiori en cas d’urgence a ses adeptes qui ont théorisé le sujet et développé des philosphies pour sa mise en oeuvre. Le buschcraft et le survivalisme en sont les termes les plus répandus, voyont ce qu’ils signifient vraiment…

Si ils sont assez souvent confondus, et bien qu’ils ne soient pas incompatibles, les mots bushcraft et survivalisme ne signifient pourtant pas la même chose :

  • le Bushcraft (ou en traduction française littérale : “art des bois”), est la mise en pratique d’une philosophie consistant à vivre en harmonie avec la nature. Pour cela, un pratiquant du buschcraft n’utilisera que ce qui est à disposition dans la nature lors de sa sortie (qui peut durer quelques jours ou bien simplement quelques heures).
    Il sera donc nécessaire de connaître ce qui est comestible, comment faire du feu ou encore comment construire un abri… et tout cela à partir de ce que l’on peut trouver dans la nature.
    Le bushcraft n’implique donc pas, et exclut même, la préparation matérielle et l’acquisition d’accessoires multiples pour sa pratique dans le milieu naturel.
    Philosophiquement, le bushcraft ne repose pas sur un changement sociétal profond, contrairement au survivalisme.
  • le Survivalisme se base sur un principe très simple : survivre, quoi qu’il en coûte et quelles que soient les conditions autour de lui. Il est donc important de noter que le survivalisme ne s’applique pas simplement au milieu naturel, mais qu’il peut également être mis en pratique en milieu urbain également.
    Dans le survivalisme, il y a généralement une préparation importante et l’achat de tout matériel adapté pouvant augmenter les chances de survie dans le milieu et les situations rencontrés : briquet, rations de survie, réchaud, scie, machette, téléphone portable…

survivalisme feu bushcraft

Les rations de survie en cas d’urgence lors d’une sortie VTT

Le poids du matériel et des vivres à transporter est très critique lors d’une randonnée pédestre, cependant on aura moins d’excuses à ne pas apporter du matériel d’urgence lors d’une rando VTT, où il est bien plus simple et moins fatiguant de le transporter.

Si il n’y avait qu’une chose à emmener pour pouvoir survivre à une urgence dans un milieu isolé est de quoi boire et s’alimenter. Il existe maintenant des rations de survie très efficaces et peu volumineuses qui permettent de répondre à vos besoins caloriques de manière optimale en cas de besoin dans le but de rester en vie en attendant de l’aide ou l’arrivée des secours.

Des règles de bases peuvent être suivies pour vous aider à amener avec soit les rations de survie les mieux adaptées à vos besoins :

Des rations qui durent

Si vous ne vous mettez pas fréquemment dans des situations extrêmes, il est fort probable que vous n’utilisiez pas souvent vos rations de survie. Il est donc judicieux de choisir des rations qui se conservent longtemps, comme des aliments lyophilisés. Le désavantage de ce type d’aliment est qu’ils ont besoin d’un peu de préparation avant de pouvoir les consommer.

Des rations de survie variées

Il est important de ne pas emporter avec soit des rations qui soient toutes identiques. En plus du fait qu’on sera plus incité à se nourrir si la nourriture est variée, le plus important est qu’en mangeant des choses différentes, l’alimentation apportera le maximum des calories et nutriments dont vous avez besoin.

Un apport calorique adapté

Selon la météo, le nombre de personnes, les différentes corpulences, il faudra veiller à bien adapter l’apport calorique des rations. Pas la peine d’en apporter plus que de raison, mais les rations seront inutiles si elles ne contiennent pas assez de calories !

Autres équipement utile pour la survie

Commençons par la base : un téléphone portable de qualité et chargé sera votre plus grande aide, et de loin, pour vous faire secourir.
Ensuite, un briquet pour faire du feu, des vêtements chauds, un couteau et une petite scie sont des accessoires essentiels si vous n’êtes pas un pratiquant assidu de bushcraft. Et n’oubliez bien évidemment pas une trousse de premiers secours.
Tout ceci suppose que vous êtes déjà équipé d’une tente ou abri ainsi que d’un sac de couchage pour la nuit si vous prévoyer de partir plusieurs jours en randonnée.

Conclusion

J’admets que l’on pense souvent que ça n’arrive qu’aux autres, ou bien qu’il n’y a aucune chance que la randonnée pour laquelle on s’apprête à partir puisse tourner au cauchemar.
Cependant, force est de constater que cela arrive et qu’être bien préparé en cas d’imprévu ne coûte finalement pas grand chose, comme les rations de survie.
Si vous pratiquez un sport d’aventure, vous ne regretterez probablement pas d’avoir des notions de survivalisme et de bushcraft en cas de pépin… alors préparez-vous avant qu’il ne soit peut-être trop tard !

velo electrique en ville

Mobilité urbaine et vélo électrique

Que ce soit en France ou plus largement dans le monde, de nombreuses responsables politiques et municipaux de villes ont pris conscience de l’urgence écologique qui nous fait face. En conséquence, des changements en profondeur ont été initiés ou déjà mis en place pour réduire la consommation globale de leurs habitants.
Plusieurs défis sont à relever et celui de l’énergie n’est pas le moins important ! Que ce soit au niveau de la consommation énergétique des bâtiments ou bien des infrastructures de transports, des gains importants peuvent être obtenus si les habitants de villes font des efforts et que les infrastructures qui sont mises à leur disposition soient adaptées. Continuer la lecture

vélo à assistance électrique norauto

Vélo électrique : fonctionnement et utilisation

Les vélos électriques, appelés aussi “e-bikes”, sont depuis quelques années très répandus que ce soit en ville comme à la campagne.
Ils permettent de parcourir de longues distances relativement aisément ainsi que de minimiser l’effort requis sur un trajet à fort dénivelé.
Pour certains, l’achat d’un vélo électrique performant, comme l’on peut trouver chez Norauto par exemple, pourra leur donner l’occasion de renouer avec la passion cycliste peut-être un peu oubliée à cause de l’âge ou la baisse de condition physique. Continuer la lecture

accessoires VTT

Les accessoires indispensables pour le VTT

Acheter un VTT est un processus qui peut être un peu compliqué étant donné le nombre de modèles disponibles pour différentes pratiques, le budget à respecter, la taille à choisir correctement…
Mais une fois le vélo-tout-terrain acheté, ce n’est pas fini ! En effet, avant de pouvoir partir en randonnée VTT en toute sécurité, il vous faudra vous équiper de quelques accessoires. Passage en revue ci-dessous des équipements indispensables. Continuer la lecture